#15: Mylène Forest parle de l'engagement associatif et de la gestion immobilière



Le franc-parler avec CHIA #15: Mylène Forest est née dans une famille en #immobilier, a tout fait pour ne pas y travailler et la vie l'a ramenée pour réaliser de grandes choses. Vice-présidente Gestion immobilière du Groupe Brivia, Présidente Corporation des propriétaires immobiliers du Québec - CORPIQ, Présidente CREW Montréal, Mylène est venue en studio avec moi pour partager sa passion et ses clés de succès avec l'audience du Franc-Parler avec CHIA.

Cet épisode ut diffusé le 18 août 2022 et est en rediffusion sur YouTube, voici sa transcription:

Chia [00:00:05] Bonjour. J'espère que vous passez un bel été. Je suis chia, votre Happy Broker et votre
animatrice du franc-parler avec Chia. Le franc-parler est une émission pour démystifier les différents
professionnels, les différentes professions dans la grande famille de l'immobilier et aussi pour donner les
outils aux investisseurs. Aujourd'hui, j'ai le grand plaisir d'accueillir Mylène Forêt qui est une femme très
très très engagée. Vous allez savoir pourquoi. Elle porte non seulement le chapeau de la vice-présidente
du groupe Brivia, un grand développeur et promoteur immobilier connu à Montréal et maintenant à
Vancouver aussi. Et aussi, elle est très, très impliquée dans différentes associations.                                Chia [00:01:00] Bienvenue Mylène!
Mylène [00:01:04] Merci beaucoup pour cette invitation.
Chia [00:01:06] Ça me fait grand plaisir d'avoir une femme aussi engagée et inspirante comme toi à
l'émission. C'est vraiment un honneur pour moi. Merci.
Mylène [00:01:16] Ça fait plaisir.
Chia [00:01:17] Alors je sais que je sais déjà d'avance qu'on n'a pas assez de temps pour aborder sur tous
les sujets. Donc j'aimerais aujourd'hui que tu puisses nous partager ton parcours personnel. Et aussi,
qu'est ce qui a amené à participer aussi activement dans différentes associations? Dans le fond, c'est ça
pour ceux et celles qui nous écoutent mais qui connaît pas encore beaucoup l'immobilier? Est-ce que tu
peux nous nommer quelques associations d'importance à Montréal dont leur vocation est l'immobilier?
Mylène [00:01:53] Oui, bien sûr. Je vais commencer par la CORPIQ, la Corporation des propriétaires
immobiliers du Québec qui est là, qui existe déjà depuis 1980, qui dessert à peu près 25 000 membres. Et
bien entendu, je peux vous en parler parce que je suis impliquée depuis plus de 20 ans sur le conseil
d'administration.
Chia [00:02:12] Plus de 20 ans, wow!
Mylène [00:02:14] Oui, tout à fait. J'ai joué différents rôles dont la présidence de 2011 à 2017 et je suis
encore de retour à ce poste actuellement.
Chia [00:02:24] Wow, O.k.
Mylène [00:02:25] Bien sur après CORPIQ, il y a une autre association, y’a le IDU, l’institut de
développement urbain qui est très, très importante aussi à Montréal et pour uh, pour notre domaine. Il ya Boma également... Uh sans oublier peut-être Crew M aussi, Crew M c’est des femmes en
immobilier, qui est spécialisé vers les femmes, les femmes en immobilier commercial, alors uh...
Chia [00:02:49] Tout à fait, dont je suis membre, c'est comme ça qu'on s'est croisé.
Mylène [00:02:51] Oui, qu’on a eu la chance de se rencontrer et à travers laquelle j'ai la chance aussi de
rencontrer souvent plusieurs femmes, est très inspirante également.
Chia [00:03:00] Oui, tout à fait.
Mylène [00:03:01] Alors oui, je suis aussi très impliquée.
Chia [00:03:05] Oui, c'est ça. On ne va pas aussi oublier les ailes de la construction.
Mylène [00:03:07] C'est vrai, oui désolé.
Chia [00:03:11] C’est vrai, il y a vraiment beaucoup beaucoup de femmes en immobilier et construction.
Mais c'est vrai que des fois, il y a des croisements. Et d'ailleurs, il y a Emmanuelle qui a récemment lancé
une nouvelle initiative qui s'appelle Ensemble pour la construction. Oui, j'ai bien hâte de voir toutes les
initiatives de cette nouvelle plateforme. Alors tu possèdes tellement d'expériences variées et dans le fond,
tantôt on en a eu la chance de jaser un petit peu avant l'entrevue. C'est que tu es née dans une famille en
immobilier, t’as quitté l'immobilier et tu es de retour.
Mylène [00:03:49] Oui, en fait, effectivement, je suis issue d'une famille où l'immobilier était au cœur de
nos vies. J'étais haute comme la table, puis déjà on parlait de locataires et de baux et tout ça, c'était
(inaudible). J'ai aussi, avec le temps, poursuivi mes études. J'ai une sœur jumelle identique, Nathalie, qui
est aussi dans l'immobilier que plusieurs connaissent souvent ils nous confondent encore. Qui est, qui se
dirigeait vers uh, suivait les traces de la famille, alors j'ai essayé, j'ai tout fait pour éviter l'immobilier. En
ce sens, où j'ai fait des études en sciences.
Chia [00:04:28] D'accord.
Mylène [00:04:28] Puis bien le hasard et uh la vie a fait en sorte que j'ai fait un retour là dès la vingtaine.
Mais comme je disais, je dis souvent même si j'étudiais en sciences à l'Université de Sherbrooke et tout
ça, j'étais très impliquée de l'autre côté peut-être de la médaille parce que déjà, à ce moment-là, j'étais
présidente de l'Association des résidents de l'Université de Sherbrooke et en contrepartie aussi parfois,
quand on avait des problèmes dans un immeuble entre Montréal et Sherbrooke, sur la Rive-Sud, je m'en
occupais les vendredis, alors j'avais à peine 20 ans, donc c'était comme je disais un naturel de revenir vers
ça. Puis le hasard a fait aussi que le conjoint, mon conjoint et le père de mes enfants était déjà très
intéressé à l'immobilier. Alors ensemble, on s'est investi et déjà on a parti, j’ai parti ma carrière
professionnelle comme ça, en gérant des immeubles, en faisant des acquisitions et tout ça et tout ça. Et
voilà.
Chia [00:05:29] D'accord. Donc l'immobilier n'a comme presque plus de secret pour toi.
Mylène [00:05:33] Eh moins que, moins qu'il y en avait il y a 30 ans je dirais. Et à travers ce parcours là,
ce qui est intéressant aussi, c'est que bien sûr, au départ, surtout du multi résidentiel, mais j'ai suivi les
cycles et par la suite bien on a, je suis retourné avec l'entreprise familiale (inaudible) Forêt-Morency qui
en 2005, a été, qui s’était les dernières années, reconvertie beaucoup vers la copropriété. Alors, en 2005,
c'est Cogir qui a acquis, cette, notre entreprise et j'ai continué avec eux alors pendant quelques années.Trois ans comme vice-présidente chez Cogir pour la division de copropriété gestion de gestion, Forêt-
Morency donc ce volet-là. Ensuite, le parcours fait aussi que je suis tombé vers d'autres choses. J'ai eu de mandats soit pour des RPA et ensuite vers le commercial. Alors je vois ça comme une belle expérience.
Chia [00:06:27] Oui, c’est ça. Beaucoup de projets.
Mylène [00:06:29] Très diversifiés et je pense que ces ce..., c'est ce qui donne peut être beaucoup de sens
aujourd'hui peut être au rôle que peut être j'occupe chez Brivia et ...
Chia [00:06:40] Somme toute, et ce n'est pas peut être assez, c'est définitivement d’où est-ce que tu viens. Et il y a des expériences qui t’ont, qui t’ont forgé à qui tu es aujourd'hui. Et en fait, ma prochaine question, je pense que j'ai déjà ma réponse, c’est quelle est ta motivation pour t'impliquer autant dans les
associations au point de présider deux d'importance? Parce que ça prend quand même beaucoup
d'engagement, beaucoup de temps, beaucoup d'énergie. Alors, outre, parce que tu sais bien faire ça
depuis très très longtemps. C'est quoi cette passion-là?
Mylène [00:07:21] En fait, la passion je pense que déjà, quand on aime le sujet, quand on aime ce qu'on
fait, hum puis, on n'a pas peur de travailler et on est curieux et on veut apprendre. Je pense que c'est
souvent ça. C'est sûr qu'au départ, quand on m'avait, on m’a interpellé il y a une vingtaine d'années pour
m'impliquer dans une association comme la CORPIQ, peut être que la première réaction pour plusieurs,
était de dire mais pourquoi tu mets de l'énergie? Pourquoi tu donnes tsé dans une association dans une
association comme celle-là? On s'entend. C'est du bénévolat. Mais en fait, c'est incroyable le retour. Qui
qui revient, qui vient avec ça, c'est des rencontres extraordinaires. C'est une complémentarité parce que
il n'y a personne qui est parfait et on ne peut pas tout connaître alors déjà de côtoyer des gens qui vivaient
des mêmes situations mais qui ont des expériences ou des un background différents alors ils nous
amènent à à voir différemment les choses et à trouver des solutions. Et au fil des ans, je n'ai jamais
regretté l'investissement. Au contraire, ça t'amène ailleurs. Ça, ça nous développe professionnellement
mais aussi vraiment personnellement. Et une des très belle exemple que je peux avoir, c'est mon
implication avec (inaudible). Oui, je me suis, j'ai commencé à m'impliquer avec (inaudible) en 2010. Mais
au départ, j'étais très, peut être low profile, si on peut dire là. J'allais comme plusieurs d'entre, d'entre,
les membres à quelques entreprises, mais déjà la première à la première rencontre, au premier dîner, je
suis, je à ce moment-là, je suis avec Timbercreek et je gère le portefeuille du Québec. Et j'ai des enjeux
sur un édifice à refaire les corridors et toute la revamper, repositionner un immeuble et tout ça. Et arrive
que je suis assise à côté d'une jeune femme extraordinaire qui est architecte, designer et Lydia pour ne
pas la nommer et que j'ai tellement apprécié aussi la collaboration, parce que c'est comme ça que j'ai fait
des rencontres qui m'ont aidée alors que je pouvais être en confiance avec des gens dans un réseau très
fermé d'entraide. Alors on est là pour s’aider. Même chose. J'ai un enjeu légal sur un local commercial à
ce moment-là. Je suis assis avec la présidente (inaudible) à l'époque, pis elle m’a dit moi je peux aider. Et
voilà, c'est réglé. Ensuite, toi, ça te permet d'avancer, ça te permet d'avoir des belles réalisations.
Chia [00:09:58] Absolument.
Mylène [00:09:59] Et au bout du compte, qui reçoit le bénéfice de tout ça? C'est toi, en fait, c'est nous.
Parce que le retour les gens ils disent elle est performante mais non elle est bien entourée.
Chia [00:10:11] Parfait! Alors merci, merci, merci. Parce que justement une des raisons pourquoi est-ce
que je t'invite à notre tribune? C'est vraiment de faire valoir O.K. cet engagement-là. Pourquoi est-ce queles jeunes professionnels devront plus s'investir dans le réseautage et dans les différentes associations dans leur mission qui uh qui qui qui correspond à leurs aspirations?
Mylène [00:10:40] Comme je le disais. Puis, sans vouloir me répéter, je pense qu'on est, on a besoin des
autres pour avancer. Il faut s'entourer de gens qui sont plus forts pour, parce que comme ça, on ne peut
pas être des stars à tous les niveaux. Alors je pense que c'est une façon extraordinaire d'acquérir des
connaissances, d'aller chercher le réseau qu'il faut. Et d'avoir des conseils aussi et autant humain que
personnel que professionnel parce que je pense que la réussite. Mais oui. Quand on réussit, on monte les
échelons. Puis tout ça, puis quand on grandit dans la vie, on devient meilleur. C'est un tout. Ce n'est pas
juste professionnel, c'est la vie. J'ai eu la chance aussi de faire du mentorat. Oui, et c'est tellement une
belle expérience. Et pour les mentors et pour les mentorés? J'ai autant appris que ma mentorée. J'espère
qu'elle a appris quelque chose.
Chia [00:11:39] On va attendre qu'elle fasse un like dans d'autres épisodes.
Mylène [00:11:42] On a développé une très belle relation. Et c'est vraiment comme je dis dans la vie, il y
a toujours un retour d'ascenseur. Tu t’investis, ça revient. Tu ne sais même pas de quel côté ça va arriver
et c'est ça la beauté. Souvent, quand on donne, il ne faut pas donner pour s'attendre à un retour. Au
contraire, laisser ça aller et je pense que c'est naturel.
Chia [00:12:04] C'est pour ça que j'adore l'entretien d'aujourd'hui, parce que toutes les deux, on a
vraiment cet esprit-là de donner au suivant et puis de de de toujours toujours être curieuse d'apprendre
et de donner, de contribuer. Puis je pense que tu pratiques nécessairement la gratitude. Beaucoup,
beaucoup. Ça tran... ça, ça transparaît énormément.
Mylène [00:12:28] Oui, et de faire des fois différemment les choses. Ne pas les faires toute comme... C’est
pas tout écrit dans la vie.
Chia [00:12:34] Non, non, absolument. Bien c'est ça l'aventure? Oui, très bien. Et puis je voudrais
maintenant qu'on parle peut-être plus de ta profession qui est en gestion immobilière. Ou est-ce que tu
es très connue parmi, uh, en fait, je pense que tout le monde te croise, te rencontre, collabore avec toi te
connais aujourd'hui sous le chapeau avec ton plus de 20 ans d'expérience d'expérience en gestion
immobilière. Donc tu nous as partagé que tu as commencé pendant que tu étais aux études à Sherbrooke
pour gérer les parcs immobiliers. Et ça consistait à quoi le premier travail? Et puis, pour le jeune qui veut
commencer aujourd'hui dans cette belle profession, par où il ou elle doit commencer?
Mylène [00:13:29] En fait, est-ce qu’il y a une recette miracle qu'on doit commencer là, dépendamment
de notre entourage d’où on part. La première des choses, c'est de vouloir apprendre d’être curieux, de ne
pas avoir peur de travailler. En gestion immobilière, oubliez ça, c'est pas du 9 à 5. Non, pas du tout. Et il
faut, il faut d'abord aimer la gestion. C'est sûr que, comme on le disait souvent, ce n'est pas uniquement
que gérer du mortier et de la brique, c'est vraiment gérer des humains, c'est gérer des milieux, des milieux
de vie. Alors il y a différents aspects. C'est sûr que si on s'en va dans le l..., dans la gestion immobilière
locative traditionnelle, bon il y a toute cette gestion-là d’immeubles. Mais il y a la gestion des locataires si
on s'en va dans la copropriété aussi c'est un autre type de gestion versus si quelqu'un s'en va dans la
gestion commerciale, il y a moyen, il y a de l'humain toujours bien entendu parce qu'il y a une relation
client. Mais c'est une relation d'affaires alors, mais en gestion immobilière, il faut avoir, Il faut d'abord
jam... je pense avoir eu cette petite fibre de service client très très développée aujourd'hui, parce que l'immobilier a tellement évolué et il y a ce volet-là. Mais il y a aussi l'aspect gestion. Parce que notre grand
défi de 2022 est peut-être pas nécessairement les taux de vacances, mais c'est vraiment l'opération en
soi, uh gérer l'inflation, gérer les Opex et les opérations, arriver à que ça soit une formule intéressante
parce que tout augmente et tout le monde le sait hein je vous apprend rien aujourd’hui.
Chia [00:15:14] C''est vrai. Je suis particulièrement curieuse concernant parce que lorsqu'on parle de
gestion immobilière comme comme qu'est ce que tu as évoqué, il y a différentes différents sous
départements que j'appelle qu'on doit gérer. Il y a les bâtiments, il y a des relations humaines, il y a des
sous contractants, etc, et puis il y a gestion de baux aussi, bien sûr. Là, dans la gestion relationnelle, vu
que la location a beaucoup, beaucoup évolué depuis les derniers même dix ans, ça a progressé tellement
rapidement. Est-ce que selon toi, cette gestion relationnelle avec les locataires devient plus facile. Je veux
dire les outils qui nous semble disponibles d’aujourd'hui. Est-ce que ça facilite à bâtir cette relation ou ça
complique la relation avec les locataires entre les locateurs et locataires?
Mylène [00:16:21] Ouais, uh juste pour revenir au début de la question, uh j'ai toujours dit qu'un
gestionnaire, par définition, c'est un généraliste. Alors effectivement, il doit avoir des notions comptables
des notions d’ingénieur des notions légales des notions... et effectivement, cette notion-là, ce volet-là de
la relation locataire, est-ce qu'elle est plus difficile? Elle est plus rapide en tout cas. Toutes c’est acc...
comme le rythme de vie aujourd'hui, tout s'est accéléré. Effectivement, les locataires, à cause de tous les
outils qui sont qui sont à leur disposition, sont d'abord beaucoup plus informés qu'il l'était il y a 20 ans. Et
le rythme est là. Je pense que les nouveaux outils qui nous sont offerts aujourd'hui facilitaient, facilitent
notre travail. Mais le contact humain parce qu’il y a une façon d'écrire aussi dans nos textos ou dans nos
courriels, ou dans les échanges. À ce niveau là aussi, je pense que ça prend beaucoup de doigté. Comme
on a remplacé la parole par les écrits, alors je pense que c'est un volet où il faut toujours être très
attentionné.
Chia [00:17:35] Oui, on parle donc tu viens de parler de la réactivité. (Inaudible) qu'aujourd'hui il y a une
attente non écrite des locataires qui s'intéresse à un appartement immédiatement, immédiatement. Il
faut déjà que le gestionnaire répond à sa demande.
Mylène [00:17:55] Sinon il va téléphoner chez le voisin. Je serai la première. Vous répondez pas on passe
au suivant... Mais effectivement, mais c'est sûr qu'il y a pas juste ça je pense que c'est l'offre aujourd'hui
qui est différente aussi, qui et qui fait qu'on se démarque. C'est tellement important de savoir qui est, qui
no... de faire des études de marché, de savoir qui sont nos clients, quelle clientèle on va cibler. Parce que
si on cible pas la bonne clientèle dès le départ, on travaille pour rien. On travaille dans le vide, on fait du
sur place.
Chia [00:18:27] Ça, ça devient de plus en plus niché. Alors oui.
Mylène [00:18:31] Mais, c’est ça, pour en revenir à ta deuxième, la partie de ta question, qu'est-ce que je
suggèrerais peut-être à quelqu'un qui veut se lancer? Bien c’est ça je pense que c'est de travailler avec
son cœur, ne pas avoir pas avoir peur de...
Chia [00:18:42] Tout à fait.
Mylène [00:18:43] ...de se relever les manches puis de de de prendre sa place. Ce que je dis, et je le répète
souvent, parce que souvent les gens osent pas de faire les choses différemment et d'amener, et
développer peut-être des nouveaux services, d'être créatifs.

Chia [00:18:59] Oui, O.K. Super! En plus de la créativité, créativité et de la disponibilité et cette volonté
de servir à la clientèle. Est-ce que tu crois que le sens de l'organisation est aussi important? Parce que je
vois que le gestionnaire immobilier peut toucher justement à tellement de choses différentes. Est-ce que
ça doit être une personne excessivement organisée?
Mylène [00:19:23] Ça doit être une personne organisée. Ça doit surtout est une personne qui sait
s'entourer, parce qu'on ne peut pas faire tout seul. Ça prend une personne qui va être bien épaulée.
Comme j'étais avec une équipe à tête en arrière-comptabilité, uh des références légales parce que c'est sûr que quand on commence, mais on est peut-être pas toujours dans une grande organisation, mais peut-être que je reviens. C'est là l'importance, peut-être de faire partie de certaines associations, parce qu'une association comme la CORPIQ, elle est là pour aider les propriétaires qui de peut-être de plus petits calibres, c’est-à-dire ce n'est pas une question de nombre de portes, mais quand on commence, c'est une ressource très, très intéressante.
Chia [00:20:05] Oui, tout à fait. Et au cours de ta carrière, donc depuis une vingtaine d'années, est ce que
tu vois plus de femmes ou plus d'hommes dans ce métier-là?
Mylène [00:20:19] Je pense qu'on connait déjà la réponse. C'était d'abord et avant tout majoritairement
un monde d'hommes dans la gestion et surtout ...
Chia [00:20:30] Pour vrai? O.K. Ça m’étonnes!
Mylène [00:20:32] Pas en courtage immobilier mais en gestion Immobilière.
Chia [00:20:34] Oui, bien c’est ça.
Mylène [00:20:35] Oui, oui. C'est majoritairement des hommes. OK, on l'a vu et je pense que c'est pour
ça que (inaudible) a sa raison d'être aujourd'hui. Uh, c'est l'immo, les femmes en immobilier commercial,
surtout en immobilier commercial. J'ai eu le plaisir au cours des dix-quinze dernières années, souvent
d'être même presque annuellement sur des tables des panels pour les, les conférences au forum
immobilier ou, et tout ça, uh, souvent, on était majoritairement homme, et j'étais et j'étais seule. Mais il
y en a d'autres. Aujourd'hui on en a de belles, de belles, par contre on a de belles réussites et de femmes
extraordinaires qui ont pris leur place et qui sont omniprésentes là. Mais voilà.
Chia [00:21:23] Oui, j'aurais pensé que les femmes y ont tellement de tsé, comme un outil naturel en
gestion, en coordination et en et il y aurait plus de femmes qui qui porteraient un intérêt marqué pour la
gestion.
Mylène [00:21:41] Oui, oui. Curieusement, curieusement, je vous dirais que je pense à peut-être à des
niveaux peut être moins élevés.
Chia [00:21:49] Ah ok, ok.
Mylène [00:21:50] Je pense qu'il y a dans cette distinction-là. On est en train de.
Chia [00:21:54] O.K.
Mylène [00:21:54] D’atteindre l'équité...
Chia [00:21:56] Supérieure.

Mylène [00:21:57] On y travaille.
Chia [00:21:57] On en a. On a une porte-parole et une, une leader comme ça pour nous guider. Merci.
Donc uh, pour conclure notre entretien d'aujourd'hui, quels sont les trois meilleurs conseils que tu as le
goût de donner au suivant?
Mylène [00:22:20] Je dirais qu'il faut aimer ce qu'on fait et poursuivre dans ce milieu-là ou ailleurs. Je
pense que d'abord, il faut travailler avec son cœur. Je le disais, il faut aimer les gens. Surtout parce que,
comme c'est vraiment aujourd'hui, beaucoup, beaucoup axé sur le sentiment, la communauté, le milieu
de vie, la commune, créer le sentiment de vie et de savoir s'entourer. Je me répète mais voilà.
Chia [00:22:49] Super! Oui, c'est vrai, c'est la clé de la réussite.
Mylène [00:22:52] Oui, c'est ma façon de voir les choses.
Chia [00:22:55] C'est extraordinaire. Merci beaucoup pour le partage.
Mylène [00:22:58] Plaisir. Merci à toi de l'invitation.
Chia [00:23:01] Merci.

(Fin de l’audio, 23 :11)

Rencontrez CHIApowered by Calendly